Critique du roman L’histoire du garçon qui voulait vivre dans un bocal (par Rémi Ouellette)

 *Une critique signée Rémi Ouellette (élève à l’école L’Envolée) grâce à la collaboration de son enseignante de français, Céline Marin.

L’HISTOIRE DU GARÇON QUI VOULAIT VIVRE DANS UN BOCAL : UNE ŒUVRE PLEINE DE LUMIÈRE

L’histoire du garçon qui voulait vivre dans un bocal, de Lisa Thompson est saisissante. Le premier roman de cette auteure anglaise propose un genre particulier mais amusant ainsi qu’une narration au «je» qui rend l’histoire encore plus marquante.

Le récit décrit l’été de Matthew, un garçon de 13 ans qui est atteint de troubles obsessionnels compulsifs, le rendant germophobe. Il reste dans sa maison toute la journée, jusqu’au jour où Teddy, 15 mois, le petit-fils de son voisin, est enlevé.

Premièrement, le genre du roman «drame humoristique policier» le rend spécial, car un récit de ce genre, c’est rare. Le livre est de ce genre unique, car il mélange l’enquête pour retrouver le petit Teddy, la maladie mentale des troubles obsessionnels compulsifs, des amitiés qui se brisent, d’autres qui commencent ainsi que plusieurs blagues. De surcroît, la narration au «je» rend le roman attachant du fait que l’on pense comme le personnage principal du récit qui vit de belles situations et des moments moins joyeux.

Pour conclure, ce livre est d’une originalité et d’un sens extraordinaire. Il n’est aussi pas trop lourd, à cause de l’humour qui y est magistralement inséré.